23 mai 2019

      1. Deux vidéos jaunes
      2. Samedi 1er juin : concert de l’antirep GJ
      3. Le Gilet Jaune plie mais ne rompt point
      4. Du Linky et de la censure
      5. Il faisait soleil, demain !
      6. Cantine sans frontières, Alès
      7. Le capitalisme vert
      8. Le mouvement climat, et après ?

1. Deux vidéos jaunes

Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune?

Entre les manifestants mutilés, les médias manipulés, et ceux qui meurent dans la rue, la situation dans notre pays ne devrait pas faire d’équivoque. Ce documentaire est un résumé sourcé de ce qui se passe actuellement en France, le pourquoi du comment, le pourquoi du ras-le-bol.

Gilets Jaunes, une répression d’Etat

Depuis six mois une répression inédite s’abat sur le mouvement des Gilets jaunes. À travers les témoignages de blessés, spécialistes et militants, le documentaire inédit de StreetPress décrypte les dérives du maintien de l’ordre.

2. Samedi 1er juin : concert de l’antirep GJ

Les Gilets Jaunes d’Alès ont décidé d’organiser un concert de soutien aux victimes du régime Macronien.

Les structures, les artistes, les stands, les organisateurs, les bénévoles, etc… toutes ces personnes sont là gratuitement pour aider ces familles à surmonter ce moment dans une ambiance festive et militante.

Donc à vous de jouer votre rôle en soutenant financièrement la caisse anti-répression, plus que jamais nécessaire.

Concert de soutien à la caisse antirépression de l’assemblée des Gilets Jaunes d’Alès. Le samedi 1er juin à 17h, chateau du Pradel (Laval-Pradel), direction Génolhac à 15km d’Alès.

3. Le Gilet Jaune plie mais ne rompt point

Communiqué du lundi 20/05/2019 de l’Assemblée des Gilets Jaunes d’Alès.

Depuis le 17 novembre, nous menons une lutte longue et dure en résistant à de nombreuses attaques.

La police et la justice s’acharnent sur les Gilets Jaunes sous les ordres d’un État bien décidé à invisibiliser et à réduire le mouvement. Dans la même veine, le sous-préfet et les Renseignements Territoriaux n’ont eu de cesse de propager de fausses rumeurs, suivies par certains médias, dénigrant le mouvement.

En dépit de positions claires contre toutes discriminations, on nous a présentés comme des fascistes, des antisémites, des homophobes, puis comme des gens stupides manipulés par des « anarcho-libertaires » (sic).

Nous, Gilets Jaunes du terrain, des ronds-points, nous sommes organisés en assemblée tous les lundis à la bourse du travail afin d’organiser démocratiquement la solidarité et de poursuivre ensemble le combat.

Après que l’Assemblée ait été attaquée plusieurs fois par des personnes  d’extrême-droite, voilà que  l’association “Comité citoyen issu des Gilets Jaunes Cévenols” s’y met aussi. Sans doute lassée de se retrouver à 10 avec quelques politicards, cette association a gonflé ses rangs avec les motards présents au début du mouvement.

Non contents d’avoir joué les petits chefs et après avoir tergiversé entre le Rassemblement National (Cf. Vidéo You Tube “Les GJ d’Alès rencontrent Gilbert Collard député du Gard” https://www.youtube.com/watch?v=RbxgFOSzeMk) et la gauche, ils sont passés ensemble, à la violence et aux menaces au profit de manœuvres politiciennes.

Lundi 13 mai, lors de l’assemblée hebdomadaire des GJ d’Alès, ils sont venus soi-disant, pour faire alliance à l’appel de manifestation régionale du 18 mai. Leur irruption violente a suscité l’incompréhension face à ce groupe clairement venu pour nous déstabiliser.

Toute la semaine nous avons reçu des menaces et des propos mensongers ont été publiés via les médias et les réseaux sociaux.

Tentant de se faire bonne presse en se faisant passer pour une victime, puis finalement organisatrice du rassemblement, l’association a appelé à la manifestation régionale en proposant un autre point de rassemblement que celui prévu initialement à 13H au Lycée JBD.

Enfin, faisant face à l’échec de sa capacité à rassembler, elle a envoyé des sbires à 12H30 devant le lycée pour réorienter les manifestants déjà en place, prétextant que le point de rassemblement avait changé et se trouvait à la mairie.

Une fois là-bas et assez nombreux, ils se sont pris en photos avec un candidat de la liste du PCF aux élections européennes pour feindre le soutien des GJ à ce parti. Ces personnes ont clairement utilisé et détourné le mouvement des GJ à des fins personnelles d’ambitions politiques.

Des politiciens classés à gauche semblent ne pas être gênés par la proximité avec ces gens qui n’hésitent pas à attaquer une assemblée démocratique et se fourvoient dans des pratiques peu scrupuleuses.

A travers ses actes, l’association méprise le mouvement des GJ qui scande depuis le début son refus d’être associé à tout parti politique.

De leur côté, au cours de la manifestation, des nervis d’extrême droite ont fait le travail de la police, en s’en prenant physiquement à des manifestants pour “protéger les banques”.

L’association, comme les fachos, a bien joué le jeu du gouvernement.

Nous ne nous laisserons évidemment pas impressionner par des groupes numériquement faibles et aux méthodes autoritaires qui cherchent à récupérer le mouvement et font le jeu du sous-préfet et du gouvernement.

Nous poursuivrons donc nos assemblées, nous poursuivrons les manifestations et les blocages économiques.

Pour nos conditions de vie, pour le pouvoir d’achat, pour la justice sociale, pour le pouvoir de décider de nos vies, poursuivons la lutte.

Assemblée tous les lundis à la bourse du travail d’Alès à 19h.

Assemblée des Gilets Jaunes d’Alès

Page FB : Gilets Jaunes Alès  / Mail : gj_ales@riseup.net

4. Du Linky et de la censure

Soirée d’information sur les compteurs Linky lemercredi 29 mai à 18h30 à la Lézarde, 66 Grand’rue, Saint-Jean du Gard.

Nous vivons quand même des moments extraordinaires !

Un petit groupe de personnes propose au maire de St-Jean du Gard, Michel Ruas, lors d’une de ses réunions de quartier, le 24 janvier 2019, de discuter publiquement le projet d’installation des compteurs « intelligents » Linky en remplacement de tous les actuels.

Le déploiement à St-Jean du Gard de ces compteurs est prévu sous peu et de plus en plus d’habitants se posent des questions sur leur utilité, leur coût, leur nocivité.

Le maire, apparemment réceptif à notre proposition, exige tout de même la présence d’un représentant d’Enedis, la société en charge de cette opération, tandis que nous voulons inviter des experts critiques pour mener un débat contradictoire où chaque partie dispose du même temps de parole.

Michel Ruas accepte et nous invite à venir à la mairie pour fixer une date. Pendant près de trois mois, nous nous rendons régulièrement à la mairie, en vain.

Finalement nous prévoyons d’organiser cette réunion publique d’information indépendamment de la mairie et d’Enedis.

A notre demande de réservation d’une salle le maire nous répond par écrit le 15 avril : « A ce jour, nous ne voyons pas l’utilité de cette réunion car comme je vous l’avais dit lors de la réunion publique du mois de janvier, nous sommes toujours en contact avec ENEDIS pour une rencontre avec une personne de chez eux afin de débattre sur ce sujet. »

Nous répondons au maire le 17 avril que « nous avons décidé d’organiser notre propre réunion d’information et de ne plus participer, en tant qu’intervenants, à une réunion contradictoire en présence d’Enedis.

Nous avons donc déposé une demande de réservation pour la Salle Stevenson (… ). Vous nous indiquez dans votre e-mail du 15 Avril que vous ‘ne voyez pas l’utilité de cette réunion’. Est-ce à vous de juger de l’utilité d’une réunion d’information ? Nous considérons que ce refus est un abus de pouvoir. »

Et voilà que soudainement, la mairie réussit à « débloquer » les choses. Lemaire nous prévient le 26 puis le 30 avril par écrit que « la préfecture duGard et les agents d’Enedism’ont demandé d’organiser une réunion sur la commune en leur présence » ! Ce ne sont plus les habitants qui demandent un débat contradictoire mais l’administration et Enedis qui informent les administrés. Exit tout débat contradictoire !

Nous nous rendons une nouvelle fois à la mairie pour réserver une salle afin d’y organiser une réunion publique, cette fois-ci au nom du collectif Stop Linky qui vient de se constituer, et de nouveau, nous obtenons une fin de nonrecevoir du maire qui nous écrit le 7 mai : « Nous ne voyons pas l’intérêt de multiplier les réunions et ne comprenons pas votre demande… »

Que faut-il conclure de ces refus répétés ? D’un côté la mairie laisse faire la promotion des compteurs Linky, de l’autre elle refuse tout simplement une salle aux contradicteurs. On n’est plus face à un abus de pouvoir mais à un acte pur et simple de censure. Quels moments extraordinaires de communion entre cette mairie et cette entreprise privée et un Etat qui, lui, ne répond à ses détracteurs qu’avec un regain de répression.

Nous refusons de nous prêter à ce jeu perfide de la mairie et proposons une soirée d’information sur les compteurs Linky le mercredi 29 mai à 18h30 à la Lézarde, 66 Grand’rue, St-Jean du Gard.

Informez-vous avant d’accepter la pose de ce compteur. L’opération doit se dérouler à St-Jean du Gard durant le second semestre 2019.

Enedis utilise la ruse, la menace et parfois la force pour l’imposer.Nous serons sur le marché les mardis pour plus d’informations.

Collectif Stop Linky : stoplinky-st-jean-dugard@laposte.net

Du bulletin Episode Cévenol.

Lisez le numéro 3 ici.

Pour le contacter ou recevoir le bulletin par mail, écrivez à : episodecevenol@laposte.net

5. Il faisait soleil, demain !

Soirée lecture en souvenir de Gilles Delcuse le mardi 4 juin à 18h30 à La Lézarde, 66 Grand’ Rue, St-Jean du Gard.

« On meurt si vite… Si vite pour rien. Mais, c’est aussi qu’on vit si peu. Bien sûr, il y a toujours quelque chose dans ce rien, ne serait-ce que ce rien, puisqu’il se manifeste au point de faire chuter dans le vertigineux vide apparent du coma. Pour combien de temps encore ?

Maintenant, la mort est devenue le tissu cancérigène qui s’applique à la moindre parcelle d’existence comme la ventouse d’une sangsue s’accroche sur une veine et la perfore pour en absorber le contenu. Il n’y a dans l’air que des relents de pétrolier perdu au large de l’égoïsme. On ne se questionne même pas. Il n’y a pas de réponse. Quelle réponse, pour quelle question ?

Une rafale de mauvais vent est venue, on ne sait d’où, briser les quelques possibilités qu’on aurait pu imaginer, parce que nos convictions sont trop fragiles sur leurs pieds d’argile. Après ça, il reste bien quelques revendications, histoire de rire. On rit maintenant si facilement ; ça excuse l’impuissance, et justifie les vexations. »

Gilles Delcuse, il faisait soleil, demain !, le bousquet-la barthe éditions, 2014

Notre ami Gilles est sorti des écrans radar en novembre 2018, un jour où, en équilibre instable sur son grand escabeau, il entreprenait, une fois de plus et une fois de trop, d’atteindre un livre rangé tout en haut de sa riche bibliothèque, dans un petit appartement de la Grand’ Rue. Nous nous réunirons le mardi 4 juin prochain à La Lézarde pour le retrouver dans les textes : les siens, ceux qu’il aimait. La soirée se poursuivre par un repas partagé. Apportez vos mots et vos mets.

6. Cantine sans frontières, Alès

Cantine sans frontières. Le samedi 25 mai 2019 à 12h30. Repas Géorgien prix libre & chants. La Rétive, 42 faubourg d’Auvergne, 30100 Alès.

https://laretive.info/?event=cantine-sans-frontieres-16

7. Le capitalisme vert

Le capitalisme vert utilise Greta Thunberg, nous prévient Isabelle Attard.

Tout a été finement programmé pour transformer la jeune Suédoise en héroïne internationale.

Le 16 janvier 2019, Global Utmaning était fière d’annoncer sur les réseaux sociaux sa nouvelle collaboration avec Global Shapers, une communauté de jeunes dirigeants de 20 à 30 ans « dotés d’un grand potentiel pour jouer un rôle dans l’avenir de la société et qui travaillent à améliorer la situation des populations autour d’eux ».

Ce réseau a été créé de toutes pièces par le Forum économique mondial en 2011. Ses leaders entendent bien sauver la planète tout en maintenant la croissance économique et en réclamant encore plus de mondialisation. Tout un programme.

https://reporterre.net/Le-capitalisme-vert-utilise-Greta-Thunberg

8. Le mouvement climat, et après ?

Lorsqu’un pouvoir hégémonique est menacé, il s’empare des dirigeants du mouvement qui le menace et les neutralise en les cooptant dans ses cercles de pouvoir.

Il s’assure ainsi d’éviter tout changement révolutionnaire radical.

Il s’assure de diviser le ou les mouvements qui le menacent, d’amoindrir leurs exigences en séparant les pragmatiques des radicaux, en formant de nouvelles alliances avec les premiers, en associant le langage des mouvements radicaux aux exigences des pragmatiques.

Les élites menacées créent ainsi des mouvements captifs qui adoptent le langage des rebelles et font mine de porter leurs revendications.

Clive L. Spash, économiste écologiste

http://partage-le.com/2019/05/le-mouvement-climat-et-apres-par-clive-l-spash/

https://winteroak.org.uk/climate-capitalists/

8 mai 2019

      1. Alès, le 18 mai
      2. Lettre de Thomas P., incarcéré depuis le 12 février
      3. Artistes, nous n’en sommes plus là !
      4. Jeudi 9 mai: manifs
      5. Stop Linky ! St Jean du Gard
      6. Saint-Jean’z’élyzées
      7. Théâtre Clownesque

1. Alès, le 18 mai

Les Gilets Jaunes d’Alès annoncent une grande manif régionale pour le samedi 18 mai, Acte XXVII de cette révolte populaire contre Macron et son monde néoliberal et autoritaire. 13h, parking Place de Belgique, Lycée JBD, Alès.

Il y aura des camarades de Nîmes, Arles, Avignon, Quissac, Mende, Montelimar, Montpellier, Orange, Florac et tout le sud.

Pour un monde meilleur !

2. Lettre de Thomas P., incarcéré depuis le 12 février

C’est le mouvement le plus beau et le plus fort que j’ai jamais vu. Je m’y suis jeté corps et âme, sans hésitation. L’après-midi de mon arrestation, plusieurs fois des gens sont venus vers moi pour me saluer, me remercier ou me dire de faire attention à moi. Les actes que l’on me reproche, ceux que j’ai commis et les autres, ils sont en réalité collectifs.

Et c’est précisément de cela dont le pouvoir à peur et c’est pour cette raison qu’ils nous répriment et nous enferment individuellement en tentant de nous monter les uns contre les autres. Le gentil citoyen contre le méchant « casseur ». Mais de toute évidence, ni la matraque ni la prison ne semblent arrêter ce mouvement. Je suis de tout cœur avec celles et ceux qui continuent.

https://comitedesoutienathomasp.home.blog/

3. Artistes, nous n’en sommes plus là !

Artistes, nous avons lu avec attention et espoir votre appel « Nous ne sommes pas dupes ». Si certains ne manquent pas de rappeler qu’il est un peu tard pour se réveiller, 25 semaines après le début du mouvement, nous pensons que la situation est trop grave pour se permettre ce genre de critique. Toutes les bonnes volontés sont aujourd’hui précieuses pour éviter de perdre cette bataille.

Car votre constat est le bon : aussi bien sur les revendications des Gilets jaunes que sur les méthodes abjectes et mortifères employées par le pouvoir. Votre texte se termine par le fait que vous continuerez à vous indigner et à utiliser votre pouvoir, celui des mots, de la musique et de l’art, pour soutenir le mouvement des Gilets jaunes.

Cela est louable. Mais tellement insuffisant face à l’urgence et la gravité de la situation. Si la dérive totalitaire vous inquiète, il vous faut entrer en résistance. Le pouvoir sait que les revendications des GJ sont éminemment révolutionnaires dans le sens où elles ne trouveront pas de solution dans ce monde actuel, le monde ultralibéral. L’ensemble des pouvoirs qui tient ce monde travaille donc à détruire cette résistance. Par tous les moyens possibles…

Alors, pour que votre signature sur cette tribune ne soit pas qu’une fin en soi dans votre engagement, mais bien le début d’un mouvement plus profond, nous vous le demandons tout simplement : passez de l’indignation à la révolte !

Des milliers de citoyens anonymes l’ont déjà fait depuis des mois, rejoignez-les !

http://acontretemps.org/spip.php?article719

4. Jeudi 9 mai: manifs

Manifs pour la défence des services publics.

Alès. 10h, parking de la place de Belgique, lycée Jean-Baptiste-Dumas (JBD).
Nîmes. 15h, Maison Carrée.
Montpellier. 14h, place de Thessalie.

5. Stop Linky ! St Jean du Gard

Une réunion du collectif Stop Linky de Saint Jean du Gard est prévue mardi 14 mai à 18h15 à La Lézarde, 66 Grand’rue. Peuvent s’y joindre toutes celles et ceux qui veulent participer à la préparation de la soirée publique organisée par le collectif le 31 mai (sous réserve de confirmation par la mairie) sans nécessairement intégrer le collectif.

Pour rappel: 35 millions de compteurs Linky sont censés être installés en France d’ici à

2021. Présenté par Enedis, filiale d’EDF, comme outil de la transition écologique, ces compteurs posent de nombreux problèmes. Des méthodes peu scrupuleuses des installateurs à la question des données personnelles en passant par les risques éventuels pour la santé.

Parmi les craintes suscitées par Linky, celles liées à l’usage et à la protection des données personnelles tiennent une place de choix. Que fera Enedis des données collectées ?

Plus de 120 personnes ont demandé mardi 19 février au tribunal de Paris des mesures conservatoires contre les compteurs électriques “communiquants” Linky, en dénonçant notamment l’usage que la filiale indépendante de distribution d’EDF Enedis envisagerait de faire des données recueillies par ces appareils.

Il est prévu d’installer ces nouveaux compteurs à St Jean à partir du mois de juillet. La mairie prévoit  d’organiser une réunion publique le 5 juin avec un représentant d’Enedis et de la préfecture. Les opposant y seront pour y exprimer leur opposition. Et ils prévoient d’organiser une réunion publique le 31 mai.

stoplinky-st-jean-du-gard@laposte.net

6. Saint-Jean’z’élyzées

Habitants de Saint-Jean du Gard, nous ne pouvons qu’être touchés par la pugnacité du conseil municipal, déterminé à transformer ce village en un endroit propre, accueillant et dynamique.

Toutefois, constatant que les efforts peinent à faire remonter le taux de résidents imposables, voici quelques propositions.

La rénovation de la grand rue est un bon début. Maintenant, il faut s’attaquer aux façades. Prétexter l’amélioration des conditions de logement pour doubler les loyers.

Pour faire partir les occupants actuels, trop pauvres, nous préconisons d’encourager les propriétaires à ignorer les demandes de leurs locataires et de laisser moisir les logements.

A l’extérieur du village, réserver un camping à l’usage des travailleurs saisonniers. L’industrie touristique a besoin de main-d’oeuvre, et il faudra bien les mettre quelques part.

Démolir les HLM. Les remplacer par un Hôtel 5*. Demander la fermeture administrative des débits de boissons genre PMU ou bistrot, trop populaires. Ouvrir à la place des brasseries type Fouquet’s.

Doubler le nombre de caméras de surveillance, ne pas oublier d’en placer deux dans le jardin d’enfants, haut lieu de subversion et de délinquance.

Organiser des blocages du Lidl et d’Aldi à Anduze. Ce point est essentiel. Si l’on veut se débarrasser des pauvres, il faut leur couper les vivres !

Du numéro 2 d’Episode Cévenol.

Si vous voulez participer au bulletin, contactez
episodecevenol@laposte.net

7. Théâtre Clownesque

Théâtre Clownesque, le jeudi 16 mai, 19h. L’histoire de la naissance humaine Inspiré du livre “Les besoins essentiels de la femme qui accouche” de Ruth Ehrhardt Prix libre. A la Bargerie du Berquet : route entre St Hippolyte du Fort (5km) et Lasalle (7km).

3 avril 2019

      1. Samedis jaunes, Alès
      2. Emma Goldman à Alès(annulé)
      3. Soirée de soutien
      4. La Lézarde
      5. Au centre de l’histoire ?
      6. Stop Linky, Sauve

1. Samedis jaunes, Alès

Rdv à 12 h, samedi le 6 avril et puis chaque samedi, sur le rond-point de Bagnols, Alès, pour pique-niquer et discuter de l’action à effectuer ensuite. Les assemblées Gilets Jaunes sont chaque lundi, 19h, à la Bourse de Travail, 7 pl Georges Dupuy.

2. Emma Goldman à Alès (annulé)

https://laretive.info/?event=presentation-de-lautobiographie-demma-goldman-vivre-ma-vie-une-anarchiste-au-temps-des-revolutions

3. Soirée de soutien

Soirée de soutien aux inculpés de la répression contre les anarchistes, au Hangar, à côté de Lasalle, le samedi 6 avril, 19h. Kantine vegan et concerts rap et techno-punk. En solidarité avec S – en détention préventive accusé d’avoir participé à l’incendie de véhicules de gendarmerie à Limoges.

Affiche

4. La Lézarde

A la Lézarde, 66 Grand’ rue, St Jean du Gard :

Jeudi 4 avril, 18h. Lecture collective et repas partagé. Nous continuerons à approfondir nos questionnements sur l’analyse des rapports sociaux, selon les thèmes qui auront été choisis à la lecture précédente (travail domestique, classe moyenne, marchandisation de la nature,etc). N’hésitez pas à ramener des propositions de lecture !

Samedi le 6 avril, 18h. Réunion mensuelle pour proposer, organiser, faire vivre la Lézarde !

Mercredi 10 avril, 20h. Cinéclub avec un repas partagé à 19h. Cabeza de Vaca de N. Echevarria, 2010, Mexicain. Un explorateur marche pendant huit ans à travers l’Amérique jusqu’à la côte Pacifique après avoir fait naufrage au large des côtes de la Floride en 1528. L’histoire de sa vie avec les tribus indiennes et de
son apprentissage des secrets de leur vie mystique.

Vendredi 12 avril, 18h. Présentation du livre “Le pari de l’autonomie” par ses traducteurs et éditeurs. Regroupant différents textes et témoignages, ce livre revient sur le contexte de luttes qui a secoué l’Espagne dans les années 70, aussi bien l’appareil franquiste vieillissant que la jeune démocratie
chargée d’assurer une transition politique sans remous. Grèves générales, comités d’usines, mutineries dans les prisons, mobilisations massives face à la répression, apparitions de groupes autonomes au sein des conflits et prises en main de la vie de quartiers : de l’exploitation salariée à la vie quotidienne, tout allait être remis en cause. Suivi d’une auberge espagnole ! Le livre est disponible à prix
libre à la Lezarde, et bien sûr en prêt à la bibliothèque.

5. Au centre de l’histoire ?

“Nombre de ceux qui se réclament d’une soi-disant théorie révolutionnaire ne prennent généralement en compte que les mouvements sociaux qui, à quelque titre qu’on veuille bien leur conférer, seraient au centre de l’histoire.

“L’histoire aurait appris depuis voilà deux siècles aux révolutionnaires de tous bords que le principe de transformation ne saurait se loger ailleurs que dans des lieux de fortes centralités.

“C’est dans ces zones névralgiques – où se disputeraient à la fois la maîtrise du champ économique, la gestion des ensembles techniques et la capacité à promouvoir des sujets – que les révolutionnaires seraient censés opérer. Mais quel enfer !”

https://lundi.am/Les-amours-jaunes-II

6. Stop Linky, Sauve

La Coordination Stop Linky Sud Cévennes organise une réunion publique le samedi 6 avril à Sauve, à 14h, Espace culturel, av. Rhin-et-Danube, avec la présence du député de la cinquième circonscription du Gard, Olivier Gaillard, et l’avocat Me Edouard Raffin qui va parler de la procédure d’assignation en justice d’Enedis au Tribunal de Grande Instance de Nîmes.

15 mars 2019

      1. Ultimatum
      2. Dates jaunes
      3. Les Identity politics
      4. Programme de La Lézarde, St Jean du Gard
      5. Programme de La Rétive, Alès
      6. Concerts + Boum

1. Ultimatum

Le samedi 16 mars convergent sur Paris l’acte XVIII des gilets jaunes « Ultimatum : toute la France à Paris ! », la manifestation des « quartiers populaires » contre les violences policières et la « marche du siècle » pour le climat, soit à peu près toutes les questions à quoi le pouvoir actuel est inapte à répondre. Toutes les questions qui l’excèdent, et qui sont l’urgence même du présent. Toutes les raisons que nous avons de retirer notre destin d’entre ses mains.

https://lundi.am/Ultimatum-1905

2. Dates jaunes

Samedi le 16 mars. A partir de 17h à Dions (entre Alès et Nîmes) : Projection du film « je veux du Soleil », réunion avec Yvan Le Bolloc’h et François Ruffin.

Lundi le 18 mars, 19h. Assemblée des Gilets Jaunes, Bourse du Travail, 7 pl Georges Dupuy, Alès.

Mardi le 19 mars. Appel de certains syndicats à la grève générale. Pas de manifestations prévues : les syndicats appellent à des piquets de grève sur les lieux de travail, dans les établissements. Un rassemblement est prévu devant la préfecture du Gard à Nîmes de 12h à 16h.

Mercredi le 20 mars, 20h. Assemblée des Gilets Jaunes, Salle Terracor, Montoulieu.

Samedi le 23 mars. Manifestation régionale à Montpellier.

3. Les Identity politics

Les Identity politics sont réformistes et non émancipatrices. Elles ne sont rien de plus qu’un terreau fertile pour les apprentis politiciens de la classe moyenne qui aspirent à faire carrière.

Plutôt que la destruction du capitalisme, leur perspective est l’intégration des groupes traditionnellement opprimés dans ce système social compétitif et hiérarchique.

Le résultat final est un Capitalisme Inclusif – une forme de contrôle social plus efficiente et sophistiquée dans laquelle tout le monde a la chance de pouvoir jouer un rôle !

Confinés dans un « espace safe » composé de leurs semblables, les militants des Identity politics s’éloignent de plus en plus du monde réel.

https://ravageeditions.noblogs.org/files/2019/01/Anarcholiberal-16p-A5-pageparpage.pdf

4. Programme de La Lézarde, St Jean du Gard

Mardi le 26 mars, 17h – 19h. Entraide. Pour se filer des coups de mains sur des galères administratives (CAF, Pole emploi, secu, impots, etc), de logement, de problèmes au taf…

Mercredi le 27 mars, 20h. Cinéclub. Avec un repas partagé à 19h. Film à 20h. Main basse sur la ville de F. Rosi, 2005, Franco-Italien. La municipalité de Naples utilise des terrains agricoles pour lancer la construction d’un gigantesque programme immobilier. Les spéculateurs en profitent, mais la proximité du chantier provoque l’écroulement d’une maison et la mort d’un enfant. Tandis que l’enquête sur l’accident s’enlise, les stratégies électorales s’affinent…

Permanences. Tous les samedis les mardis, 11h – 13h.

La Lézarde, 66 Grande rue, St Jean du Gard.

5. Programme de La Rétive, Alès

Dimanche le 17 mars, 13h. Cantine de la Rétive : Repas Cubain.

Mercredi le 20 mars, 19h. Ciné-club – Le jeune Karl Marx – Raoul Peck.

Jeudi le 21 mars, 19h30. Groupe de lecture : « Que sont les classes sociales ? »

Dimanche le 24 mars, 14h30. Réunion mensuelle de la Rétive.

Samedi le 30 mars, 12h30. Cantine sans frontières : Repas Marocain.

La Rétive, 42 rue du faubourg d’Auvergne, Alès.

https://laretive.info/

6. Concerts + Boum

Samedi 16 mars, la Bargerie du Berquet : route entre St Hippolyte du Fort (5km) et Lasalle (7km). Tôle Froide, comptines punk. Balladur, dub pop noise.A partir de 20h : repas avec les produits de la ferme et buvette. Début des concerts 21h. Prix libre.

8 mars 2019

      1. Nous ne nous laisserons plus faire !
      2. Complices du pire
      3. Dates jaunes
      4. Luttes et résistances
      5. Le Venezuela et l’empire
      6. Soirée de soutien aux réfugiés du Vigan
      7. Labo-fiction, St Jean du Gard
      8. Projection, St Jean du Gard

1. Nous ne nous laisserons plus faire !

Depuis le 17 novembre, du plus petit village, du monde rural à la plus grande ville, nous nous sommes soulevés contre cette société profondément violente, injuste et insupportable. Nous ne nous laisserons plus faire ! Nous nous révoltons contre la vie chère, la précarité et la misère.

Nous voulons, pour nos proches, nos familles et nos enfants, vivre dans la dignité. 26 milliardaires possèdent autant que la moitié de l’humanité, c’est inacceptable. Partageons la richesse et pas la misère ! Finissons-en avec les inégalités sociales !

Nous exigeons l’augmentation immédiate des salaires, des minimas sociaux, des allocations et des pensions, le droit inconditionnel au logement et à la santé, à l’éducation, des services publics gratuits et pour tous.

C’est pour tous ces droits que nous occupons quotidiennement des ronds-points, que nous organisons des actions, des manifestations et que nous débattons partout. Avec nos gilets jaunes, nous reprenons la parole, nous qui ne l’avons jamais.

Et quelle est la réponse du gouvernement ? La répression, le mépris, le dénigrement. Des morts et des milliers de blessés, l’utilisation massive d’armes par tirs tendus qui mutilent, éborgnent, blessent et traumatisent. Plus de 1000 personnes ont été arbitrairement condamnées et emprisonnées. Et maintenant la nouvelle loi dite « anti-casseur » vise tout simplement à nous empêcher de manifester.

Appel de la première assemblée des assemblées des gilets jaunes.

https://www.humanite.fr/appel-de-la-premiere-assemblee-des-assemblees-des-gilets-jaunes-666918

2. Complices du pire

Un hélicoptère pourrissait le ciel d’Alès, survolait avec insistance la manifestation – acte16 du mouvement des gilets jaunes – ce samedi 2 mars ; une manière de dramatiser un peu les choses, d’intimider le défilé des gueux, tous complices du pire*.

Pendant deux heures l’appareil a filmé les manifestants, repéré tout ce qui pouvait l’être, dirigé la manœuvre, et pour être certain que chacun comprenne l’injonction, quelques salves de lacrymogènes sont venues disperser le débat de la rue, autour du rond point du Colombier, entre sous préfecture et hôtel de police. Les flics ont alors suivi et accompagné à la matraque ceux et celles qui tardaient à regagner leurs pénates. Un drôle de printemps… Cette mise en scène a simplement fini par agacer le héron de la passerelle de Rochebelle, mais le héron était plus beau que l’hélico.

* l’expression est du pur mépris de Macron.

Article dans un nouveau bulletin de Saint Jean du Gard, episodecevenol

3. Dates jaunes

Dimanche le 10 mars, 12h – piquenique sur le rond-point de la route de Bagnols, Alès.

Lundi le 11 mars, 19h – assemblée des Gilets Jaunes, Bourse du Travail, 7 pl Georges Dupuy, Alès.

Mercredi le 13 mars, 20h – assemblée des Gilets Jaunes, Salle Terracor, Montoulieu.

4. Luttes et résistances

22, 23 et 24 mars – 15èmes Rencontres du film documentaire de l’association Mazel “Luttes et résistances”. De l’Ukraine à l’Egypte, de l’Australie à l’Algérie, de l’univers du squatt à la forêt de Bornéo, d’un siècle à l’autre… multiples invitations au voyage à la source du questionnement et de l’engagement.

http://www.abrahammazel.eu/site/wp-content/uploads/2019/02/affiche-documentaire-mars-2019-.pdf

5. Le Venezuela et l’empire

L’argument que les Etats-Unis veulent exploiter les ressources pétrolières vénézuéliennes me semble extrêmement simpliste. La réalité est plus complexe : ce que veut l’Oncle Sam, c’est le pouvoir sur Notre Amérique et la fait que le pétrole confère le pouvoir au Venezuela et en particulier au régime de la Révolution Bolivarienne le gêne trop.

L’objectif est de provoquer une guerre civile qui justifie une intervention militaire au Venezuela. Voyez le mélange d’irresponsabilité, de stupidité et d’ignorance que cela suppose ! S’ils continuent sur cette voix, le slogan du Che qui préconisait de multiplier les Vietnam deviendra réalité.

Gerardo Fernández Casanova

http://www.caraibcreolenews.com/index.php/caraibes/venezuela/item/15304-venezuela-ce-n-est-pas-le-petrole-c-est-le-pouvoir

6. Soirée de soutien aux réfugiés du Vigan

Vendredi le 8 mars à partir de 20h à L’étuve, lieu collectif et autogéré, Route de Ganges, Pont d’Hérault. Soirée de soutien aux Réfugiés du Vigan. FR3EGO / rock progressif, HINTERLAND / rock ambiance latine, FENDIKE / groupe afrobeat de 13 musiciens. Garez vous bien, n’amenez pas d’animaux svp. Sur adhésion libre.

7. Labo-fiction, St Jean du Gard

Jeudi le 14 mars, 18h, à La Lézarde, 66 Grande rue, St Jean du Gard. Sous forme de discussion en petits et grands groupes, nous proposons d’embarquer dans l’univers uchronique du livre Batir Aussi et de l’Haraka, mouvement social qui démarre avec les printemps arabes en 2011 et s’étend à d’autres révoltes ailleurs sur la planète. Un « labo-fiction » pour attiser les imaginaires, mettre en lumière les points de désaccords et susciter du débat…Nous pourrons poursuivre les discussions par un repas partagé.

8. Projection, St Jean du Gard

Vendredi le 15 mars, 18h, à La Lézarde, 66 Grande rue, St Jean du Gard. Projection de “Bernard, ni dieu ni chaussettes” de Pascal Boucher et présentation de la poésie de Gaston Couté par Léon. Bernard est un gardien de la mémoire, celle du poète local Gaston Couté héritier de François Villon, qui connut son heure de gloire dans le Montmartre de la Belle Époque. Les deux hommes, qu’un siècle sépare, ont en commun des idées libertaires et la volonté de témoigner de la condition paysanne des plus humbles. Avec un repas partagé.

21 février 2019

      1. La Borie expulsable
      2. Un raciste habillé en anti-raciste
      3. Les Inutiles et les Dieux
      4. “Ma Peste de vie” – St Jean du Gard
      5. Cantine sans frontières – repas algérien
      6. Lecture Jean Meslier

1. La Borie expulsable

Message de La Borie, St Jean du Gard.

Ce jeudi nous avons appris la décision de la Cour d’Appel de Nîmes concernant l’avenir de la Borie. Nous sommes expulsables à partir du14 avril prochain, pour plus de détails vous pouvez lire le rendu attaché à cet article.

En réaction, les occupant-e-s de la Borie proposent à leurs soutiens de se réunir samedi 23 février 2019 à 14h à la Borie.

Nous aimerions discuter de l’organisation de l’avant – pendant – après expulsion avec nos ami-e-s.

A tt à l’heure

Plus d’infos sur la situation dans le détail sur https://laborie.noblogs.org/

2. Un raciste habillé en anti-raciste

L’homme qui a dit que l’équipe de France de foot comportait trop de nègres et qu’elle était à ce titre la risée de l’Europe ; l’homme qui a dit que les noirs et les arabes corrompaient les jeunes blancs dans les banlieues ; l’homme qui a soutenu que la « mixité » raciale était une menace pour l’Europe ; l’homme qui a également soutenu qu’il ne fallait jamais dire de mal des États-Unis, sauf à provoquer un désastre de la « civilisation » ; l’homme qui maintient aujourd’hui encore que le colonialisme – des millions de morts, de déportés, de suppliciés, d’esclavagisés – a apporté en Afrique la dite « civilisation » : cet homme-là a trouvé un truc pour que lui, intellectuel bien blanc et bien réactionnaire, académicien du suprématisme occidental, devienne l’image de la pauvre victime.

Il a mis au point sa technique dès le mouvement Nuit Debout, en 2016 : il va rôder du côté de démonstrations publiques souvent sympathiques, mais dont le tort est, par « démocratisme » stérile, de ne pas contrôler qui est là, qui est un réel participant à ce qui se passe, et qui est un infiltré, un policier ou un fascisant ; et du coup, de n’avoir pas les moyens de neutraliser les provocateurs.

Alain Badiou sur la “sinistre comédie d’un raciste habillé en anti-raciste”

Lire la suite

3. Les Inutiles et les Dieux

Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo, transhumaniste convaincu, chroniqueur dans Le Monde, L’Express et influent soutien politique du gouvernement depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Lors d’une conférence destinée aux étudiants VIP de Polytechnique, ce dernier affirme carrément que les Gilets Jaunes, qu’il appelle « les Inutiles », sont des êtres intellectuellement inférieurs, incapables de comprendre les enjeux du monde actuel tandis qu’heureusement, les élèves des grandes écoles, « les Dieux », sont là pour diriger les masses et les guider vers la raison.

Et voilà. Le nouveau fascisme de nos jours.

4. “Ma Peste de vie” – St Jean du Gard

Vendredi le 22 février à La Lézarde, 66 Grande rue, St Jean du Gard, à partir de 17h30.

Présentation de “Ma Peste de vie”, de Claudio Lavazza, avec les éditeurs. Claudio Lavazza est un rebelle qui a tenté, comme beaucoup de jeunes de sa génération, de changer la société dans l’Italie de la fin des années 70 et 80. La répression acharnée de l’Etat italien l’a forcé à fuir.

Refusant de se repentir ou de s’exiler, il a poursuivi la lutte dans la clandestinité, notamment par des actions d’expropriation visant à soutenir ses camarades en lutte ou emprisonnés. Arrêté à Cordoue en 1996 après un braquage, il a été enfermé pendant 24 ans dans les prisons espagnoles. Une grande partie de cette peine a été effectuée dans les quartiers d’isolement (FIES) qu’il a longtemps combattus.

En avril, il passera en procès à Paris pour le braquage de la Banque de France à Saint-Nazaire en 1986. Il avait été condamné par contumace à 30 ans de réclusion.

La présentation sera suivi d’un repas à prix libre en soutien aux prisonniers.

5. Cantine sans frontières – repas algérien

Samedi 23 février à la Rétive, 42 rue du faubourg d’Auvergne, Alès, à partir de 12h30. Repas prix libre algérien. Couscous à la sauce blanche, Flan & Baklawas

6. Lecture Jean Meslier

Samedi 23 février à la Rétive, 42 rue du faubourg d’Auvergne, Alès, à partir de 19h.

Lecture de textes du curé Jean Meslier – Appel a la révolution. Cette lecture est centrée sur la dénonciation de la tyrannie des grands et du clergé, sur la vision sociale, politique et révolutionnaire de
Jean Meslier et sur son appel a la révolution.

Parmi les arguments présentés: en finir avec la propriété privée, origine et cause de l’inégalité et de la domination, ne plus obéir, ne plus travailler, ni rien faire pour aristocratie présentée comme un
parasite, s’unir contre la tyrannie des rois et ne pas croire en leur caractère divin, refuser la guerre contres les autres nations pour préférer une union sociale contre les oppresseurs…

16 janvier 2019

      1. Les Gilets Jaunes et les luttes à venir
      2. Acte IX : Tour de France
      3. Gilets Jaunes : des violences policières jamais vues
      4. Exigeons l’amnistie des Gilets Jaunes : signez la pétition
      5. 5G : le désastre « intelligent »
      6. Projection, St Jean du Gard

1. Les Gilets Jaunes et les luttes à venir

Nous pensons que le mouvement des Gilets Jaunes est annonciateur des luttes à venir dans ce cycle dépressif. D’une part dans son langage et sa mobilisation tant hétérogène que spontanée : la grammaire populiste, celle d’un « peuple » contre ses « élites », représente sûrement l’offensive idéologique la plus proche d’une contre-hégémonie à l’heure d’aujourd’hui.

Sur la forme (blocage des flux, occupation sauvage des ronds-points, péages et rocades, émeutes non-déclarées en Préfecture et combativité), il paraît évident que le mouvement G-J est significatif de ce qui vient.

La répression est en train de créer des générations de révolutionnaires à venir ; la propagande est en train de pousser des milliers de foyers à déserter leur télévision.

On se demande pourquoi tant d’habitués aux mouvements sociaux refusent de se mêler à une masse qu’ils semblent mépriser ?

https://paris-luttes.info/crise-qui-vient-souffle-et-gilets-11374?lang=fr

2. Acte IX : Tour de France

Ce que l’on a pu constater ce samedi c’est que la mobilisation avait bel et bien repris, avec plus de monde dans les rues – ce que l’Intérieur, et donc la presse, n’a pas pu nier – et, contrairement à ce qui fut claironné un peu partout une détermination similaire à celle du week-end dernier.

Tour de France des manifestations (dont Nîmes) :
https://lundi.am/GilestJaunes-Acte-IX-Tour-de-France

3. Gilets Jaunes : des violences policières jamais vues

Le journaliste indépendant David Dufresne recense les violences policières depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Invité d’Aude Lancelin dans l’Entretien Libre, il revient sur l’intensité inédite de la répression policière subie par les gilets jaunes.

4. Exigeons l’amnistie des Gilets Jaunes : signez la pétition

Ils n’étaient pas venus à Paris, Bordeaux, Toulouse, et tant d’autres villes, pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ils étaient venus pour défendre leurs vies menacées, dégradées par la précarité, mises en joue par un pouvoir prêt à faire les poches de leurs parents retraités comme de leurs enfants étudiants, afin de valoriser le patrimoine financier des plus riches. Ils étaient venus pour protéger leurs droits fondamentaux, et aussi une certaine conception de la justice sociale, qui a longtemps fait l’honneur de la France.

La stratégie de la tension, délibérément choisie par le pouvoir, ne leur a pas laissé la chance d’une protestation pacifique. Gazage, nassage et brimades en tout genre, puis au fil des semaines, matraquages, tirs de flashballs et grenades mutilantes, pour la première fois de leur existence, beaucoup de « Gilets jaunes » ont été confrontés à des brutalités policières indignes d’une démocratie, que des organisations comme Amnesty international ont elles-mêmes dénoncées.

On ne compte désormais plus le nombre de manifestants, au casier vierge, mis en garde à vue, condamnés en comparution immédiate, ou aujourd’hui en instance de jugement. Certains connaîtront la prison, qui détruit, qui humilie. D’autres ne retrouveront jamais d’emploi. Un grand nombre d’entre eux verront leurs vies brisées à jamais. Nous ne pouvons accepter qu’une protestation contre une politique massivement rejetée par la population détruise ainsi des êtres pris pour boucs émissaires. Nous ne pouvons accepter qu’un pouvoir, qui a sciemment fait le choix de la confrontation, se serve d’eux pour intimider tout un peuple. Nous ne pouvons accepter l’idée d’une vengeance d’Etat.

https://amnistiegj.fr/

5. 5G : le désastre « intelligent »

Les entreprises de télécommunications à l’échelle mondiale sont bien résolues, avec l’appui des gouvernements, à déployer dans les deux prochaines années, le réseau sans fil de cinquième génération (5G).

Cette décision produira ce qui est considéré comme un changement sociétal sans précédent à l’échelle mondiale. Nous aurons ainsi des maisons « intelligentes », des entreprises « intelligentes », des autoroutes « intelligentes », des villes « intelligentes » et des voitures autonomes.

Pratiquement tout ce que nous achetons et possédons, depuis les réfrigérateurs et les machines à laver jusqu’aux cartons de lait, en passant par les brosses à cheveux et les couches pour bébés, contiendra des antennes et des micropuces et sera connecté sans fil à l’Internet.

Toute personne sur terre aura accès instantanément à des communications sans fil à très haut débit et à faible latence, et ce dans les coins les plus reculés de la planète, jusque dans les forêts pluviales, au milieu de l’océan et dans l’antarctique.

Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que cette nouvelle réalité entraînera aussi un changement environnemental sans précédent à l’échelle planétaire.

https://static1.squarespace.com/static/5b8dbc1b7c9327d89d9428a4/t/5c0ad2774fa51ab557b614ff/1544213124880/Appel+international+demandant+l%27arr%C3%AAt+du+d%C3%A9ploiement+de+la+5G+sur+Terre+et+dans+l%27espace.pdf

6. Projection, St Jean du Gard

Samedi 19, à 19h, La Lézarde, 66 Grande rue, St Jean du Gard. Une projection de ” The Truth lies in Rostock ” (La vérité se trouve à Rostock) réalisé par Mark Saunders – 1993 – VOST – 1h18, une histoire qui se répète …

Ce film revient sur les émeutes racistes survenues en Allemagne à Rostock en août 1992 ayant entrainé l’attaque d’un foyer de travailleurs vietnamiens. Il tente de comprendre leur enchaînement et les causes plus lointaines de cette violence, notamment la déception et la dépression économique de l’après réunification, et la montée du néo-nazisme. Il analyse particulièrement l’attitude ambiguë des autorités locales et de la police, qui n’ont pas voulu intervenir à temps.

Suivi d’un repas partagé.

20 décembre 2018

      1. “Les patrons ont eu peur”
      2. Avignon : prison ferme pour des Gilet jaunes
      3. Michalis Lianos sur les Gilets jaunes
      4. “Ne laissons personne récupérer notre révolte !”
      5. Gilets jaunes sur Radio libertaire
      6. “Le peuple qui se soulève peut reprendre son destin en main”
      7. “The heartbeat of the yellow jacket revolt is rural”

1. “Les patrons ont eu peur”

“Les patrons ont eu peur, Macron a eu peur, aucun despostisme n’est jamais tombé autrement que par la peur que lui inspirait une foule debout. Les Gilets jaunes savent ce qu’il leur reste à faire.”

Aude Lancelin, Le Media TV

https://twitter.com/LeMediaTV/status/1074925983927459840

2. Avignon : prison ferme pour des Gilet jaunes

Lundi 10, lors d’une séance de comparutions immédiates du tribunal
d’Avignon, des Gilets jaunes ont été condamnés à la prison ferme suite à
la manif du 8 décembre 2018 (avec des mandats de dépôt) / un maçon de 39
ans a été condamné à 8 jours de prison ferme pour des insultes contre
les CRS / un coiffeur au chômage de 23 ans a été condamné à 9 mois de
prison ferme pour jets de projectiles / etc.

Plus de détails sur https://twitter.com/SarongSan

3. Michalis Lianos sur les Gilets jaunes

Le point significatif est que les gilets jaunes se voient comme le cœur de la société française. Ils ont conscience que sans eux rien ne peut fonctionner, ce qui les amène à réaliser qu’il ne faut pas arrêter le travail et en subir les conséquences – ce qui est une grève – mais empêcher ce qui rend possible la concentration du pouvoir et de la richesse par ‘les élites’ et ‘les riches’, à savoir la coordination efficace de tous les autres. Ils ont découvert qu’en empêchant les uns les autres dans leur rôle économique, ils démontrent leur pouvoir et leur légitimité !

Si les gilets jaunes parviennent à se tenir à une bonne distance des pouvoirs établis tout en étant visibles de temps à autre, leur mouvement apportera de grandes contributions politiques.

En tout état de cause, ce qui a déjà été accompli par les gilets jaunes laissera une trace profonde dans la transformation politique des sociétés postindustrielles.

Entretien avec le sociologue Michalis Lianos
https://lundi.am/Une-politique-experientielle-Les-gilets-jaunes-en-tant-que-peuple

4. “Ne laissons personne récupérer notre révolte !”

Depuis quelques temps, on entend beaucoup parler du R.I.C (référendum
d’initiative citoyenne) qui serait LA solution à tous nos problèmes.
Avec ça, paraît-il, plus besoin de manifester, plus besoin de faire
grève, plus besoin de lutter… Il faudrait même que cela devienne notre
unique revendication ! Et beaucoup de copains gilets jaunes se laissent
séduire par cette idée…

On est aussi beaucoup à être sceptiques :

Le R.I.C ça existe déjà en Suisse, en Italie, au Vénézuela, dans
quelques états des États-Unis et on peut pas dire qu’on vit mieux dans
ces pays là, ni qu’ils ont gommé les inégalités.

Et puis c’est aussi relayé par des partis politiques (France insoumise,
Rassemblement National…), si ça fait pas peur aux politicards c’est que
ce n’est pas dangereux pour eux, ça les arrange même de nous dire que la
solution est dans les urnes !

RIC ou pas RIC, il nous faudra toujours lutter contre les dirigeants et
les exploiteurs pour arracher de quoi vivre mieux, pour pouvoir mettre à
mal le système capitaliste et vivre autrement.

Notre boussole est claire: refusons tout ce qui affaiblit le mouvement.
Cette idée est souvent portée par des personnes qui ont des ambitions
politiques : monter un «mouvement citoyen gilets-jaunes », se présenter
aux européennes… Ce sont généralement les mêmes qui veulent qu’on arrête
les blocages économiques, qu’on « fasse autre chose »…

Ne laissons personne récupérer notre révolte.
Continuons jusqu’à la victoire !

Non à la RICupération !

https://exploitesenerves.noblogs.org/
FB: Gilets Jaunes Alès Déters & Solidaires

5. Gilets jaunes sur Radio libertaire

Dans le cadre de l’émission « Trous noirs » de Radio libertaire a eu lieu, lundi 17 décembre, un débat sur le mouvement Gilets jaunes, avec Pierre Bance, Freddy Gomez et Mohamed, animateur de l’émission « La santé dans tous ses états ». L’émission est écoutable et téléchargeable sur : http://trousnoirs-radio-libertaire.org/

6. “Le peuple qui se soulève peut reprendre son destin en main”

Alors, oui, il est démontré, au Chiapas, mais aussi ailleurs et dans bien des pages de l’histoire de France que le peuple qui se soulève peut reprendre son destin en main. Il n’a pas besoin des hommes politiques ni des institutions représentatives qui ne font rien d’autre que le déposséder de sa puissance. Il peut s’organiser par lui-même, former des communes libres, déterminer à nouveaux frais la manière dont il entend vivre, car il est acquis qu’on ne veut plus vivre comme on l’a fait durant tant d’années. L’exercice de cette liberté n’a rien d’aisé, mais ce que je peux dire, depuis le Chiapas, c’est qu’il donne aux rebelles un formidable sentiment de fierté, fait éprouver la force de la dignité retrouvée et la joie qui s’attache à la découverte de ce que permet la puissance collective.

Jérôme Baschet, Lettre à celles et ceux « qui ne sont rien », depuis le Chiapas rebelle

https://lesamisdebartleby.wordpress.com/2018/12/13/jerome-baschet-lettre-a-celles-et-ceux-%E2%80%AFqui-ne-sont-rien%E2%80%AF-depuis-le-chiapas-rebelle/

7.”The heartbeat of the yellow jacket revolt is rural”

Reportage (en anglais !) sur les Gilets Jaunes de St Hippolyte du Fort dans le quotidien gauchiste londonien The Morning Star.

https://morningstaronline.co.uk/article/heartbeat-yellow-jacket-revolt-rural

6 décembre 2018

      1. Avignon : Gilets jaunes condamnés à la prison
      2. “Maintenant tous en grève !”
      3. De nombreux secteurs syndicaux rejoignent la mobilisation samedi
      4. “Bienvenue dans l’arrière-garde !”
      5. La fin de l’ “hégémonie culturelle” de gauche
      6. “Nous nous confronterons à tout contremaître”
      7. St Jean du Gard : littérature prolétarienne japonaise

1. Avignon : Gilets jaunes condamnés à la prison

Samedi 1er décembre à 15 h, 4 000 gilets jaunes sont rassemblés à Avignon
devant la Préfecture (caserne Chabran). A 15 h 05 le portail est enfoncé
et les gilets jaunes pénètrent dans le parc. Aux grenades lacrymogènes des
CRS répondent spontanément des jets de pierres. Le cortège des gilets
jaunes se dirige alors vers la mairie puis vers la résidence du Préfet
(place Viala, en haut de la rue de la République). La police bloque les
gilets jaunes, gazent et tirent des flash-balls. Plusieurs centaines de
gilets jaunes rejoint par d’autres avignonnais font bloc et pendant plus
de deux heures tentent de passer et jettent des projectiles sur la police.
Vers 19 h, des renfort de gendarmes mobiles venus de Nîmes dispersent tout
le monde. Plus tard, six personnes reconnus grâce à la vidéo-surveillance,
sont arrêtés dans la rue. Cinq majeurs ont été jugés en comparution
immédiate lundi 4 décembre après 48 h de garde à vue :

/ Le premier, 22 ans, animateur sportif au chômage, gilet jaune de
Remoulin venu à Avignon pour manifester, interpellé pour jets de
projectiles sur les forces de l’ordre et participation à un attroupement
après sommations de se disperser. Condamné à 18 mois de prison dont 9
fermes (avec mandat de dépôt).

/ Un maçon de 33 ans qui découvrant les événements décide de se joindre
aux affrontements et, équipée d’une raquette de tennis, envoie des pierres
sur la police. Condamné à 18 mois de prison dont 12 ferme (avec mandat de
dépôt).

/ Un retraité de la Poste de 59 ans, ancien syndicaliste, récemment opéré
d’un double cancer. Dès 15 h, devant la Préfecture, ce gilet jaune insulte
les CRS et tente de leur jeter dessus une grille d’égout. Alors que lui
dit être un « révolté » et un « pauvre désespéré » la juge ne voit en lui
que « pure méchanceté ». Condamné à 15 mois de prison dont 9 mois ferme.

/ Une mère au foyer de 23 ans, enceinte, gilet jaune sur le blocage
d’Avignon-Nord, accusée d’avoir mis le feu à un carton (qui s’est ensuite
propagé à une poubelle et par la suite a détruit une conduite de gaz).
Elle a demandé le report de son procès pour préparer sa défense ; le
procureur demande a ce qu’elle soit emprisonnée pour qu’elle ne puisse pas
retourner manifester en attendant son procès (le 21 décembre). Elle a été
placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de sortir de chez elle.

/ Un intérimaire de 18 ans venus avec sa mère depuis Carpentras à la
manifestation des gilets jaunes. Il participe pendant deux heures aux
affrontements contre la police autour de la place Viala ; blessé lors de
son arrestation par la police (points de suture). N’a pas selon le
Procureur « l’excuse d’être bête ». Condamné à six mois de prison dont 3
mois ferme.

Pour qualifier les milliers de manifestants réunis devant la Préfecture à
15 h, le Procureur parle de la présence d’un « gros paquet d’abrutis ». La
juge parle de « guerre civile à moitié », et de « 200 excités qui ont
décidé de mettre la ville à feu et à sang ». Devant la tournure des débats
la juge est obligée de préciser que « le tribunal ne fait pas de
politique, ne fait jamais de politique »… Qui peut y croire ?

2. “Maintenant tous en grève !”

Le mouvement de révolte sociale des gilets jaunes s’amplifie. Les lycéens sont entrés dans la danse. Pour certains, l’heure est à la préparation du prochain samedi, en vue d’augmenter le niveau de confrontation avec le pouvoir. N’oublions pas que notre principale arme ne se trouve pas à décathlon ou monsieur bricolage : cette arme, c’est la grève.

Depuis toutes ces années, on attend qu’enfin ça pète : cette fois-ci, il en va de notre responsabilité. On le sait bien, les manifs défilé ne font pas peur au pouvoir. Mais si tu est prêt à prendre des risques le samedi, à faire obstacle, parfois de ton corps, sur les barrages, alors fais un pas en avant pour la lutte.

Lire la suite à http://www.19h17.info/2018/12/04/maintenant-tous-en-greve/

3. De nombreux secteurs syndicaux rejoignent la mobilisation samedi

Le mouvement syndical a été singulièrement absent de la mobilisation des gilets jaunes. Pourtant la présence de syndicalistes n’a fait que croître dans les manifestations. La journée du samedi 8 marque un cap puisque de nombreuses sections syndicales se joignent au mouvement : les hospitaliers, les territoriaux, les cheminots, le bâtiment, l’éducation…

Lire la suite à https://paris-luttes.info/de-nombreux-secteurs-syndicaux-d-11211

4. “Bienvenue dans l’arrière-garde !”

“Après l’effondrement des sociaux-démocrates signalé en France par l’élection de Macron, voici donc maintenant celui des communistes, (in)soumis, gauchistes, anarchistes, membres de l’« ultra-gauche » et autres professionnels de la lutte de classes ou porte-paroles radicaux chic : et une majorité d’entre eux, après avoir fait la fine bouche ou s’être pincé le nez, de courir désormais, défaits, à toutes jambes après le mouvement, avec leur groupuscules, syndicats, partis, interventions de presse et billets de blog. Bienvenue dans l’arrière-garde !”

Lire la suite à https://lundi.am/Contribution-a-la-rupture-en-cours

5. La fin de l’”hégémonie culturelle” de gauche

A la fin de la Seconde Guerre mondiale et pendant quelques dizaines d’années, une hégémonie culturelle de gauche a imprégné les luttes revendicatives, sur la base de l’antifascisme et de valeurs théoriques d’égalité et de justice sociale qui formaient un socle difficile à remettre en question ouvertement. Ces valeurs étaient plus ou moins vécues inconsciemment par la gauche (dont les libertaires) comme immortelles, alors que dans la réalité elles ont décliné dans la société tout entière depuis le milieu des années 1980, avec Mitterrand au pouvoir, sans qu’on s’en rende compte vraiment. On est passé d’une période où il suffisait de traiter quelqu’un au comportement douteux de « fasciste » pour qu’il se fasse petit, et disparaisse la queue entre les jambes, à des situations où le mot est à peine considéré comme une insulte ! Oublié, le fait que la « victoire » de 1945 s’est construite sur un imaginaire tout autant anti-allemand (nationaliste) qu’antifasciste. Oublié, que le compromis d’après-guerre entre syndicats et patronat autour des « acquis sociaux » a joué un rôle d’endormissement et fait croire que les valeurs « de gauche » étaient acquises pour toujours.

Le surgissement plus ou moins spontané d’une révolte sociale, du moins sans structure représentative apparente et sans histoire bien déterminée, offre un champ possible à des imaginaires idéologiques qui sont plus ou moins ouverts au départ, mais qui prendront des orientations qui dépendront d’une hégémonie culturelle plus large.

Lire la suite à http://oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2155

6. “Nous nous confronterons à tout contremaître”

Nous voulons le réitérer — nous en avons discuté avec nos peuples : nous nous confronterons à tout contremaître, quel qu’il soit ; pas seulement celui qui propose une bonne administration et une répression correcte — autrement dit cette lutte contre la corruption et le plan de sécurité fondé sur l’impunité —, mais aussi ceux qui derrière des rêves avant-gardistes tentent d’imposer leur hégémonie et de nous homogénéiser.

Nous ne changerons pas notre histoire, notre douleur, notre rage, notre lutte pour le conformisme « progressiste » et sa marche derrière le leader. Il se peut que les autres l’oublient, mais nous, nous n’oublions pas que nous sommes zapatistes.

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain, sous-commandant insurgé Moisés, sous-commandant insurgé Galeano.

Lire la suite à https://lavoiedujaguar.net/Un-defi-une-autonomie-reelle-une-reponse-diverses-propositions-et-quelques

7. St Jean du Gard : littérature prolétarienne japonaise

Vendredi 7 décembre à partir de 19 heures, La Lézarde, 66 Grande rue, St Jean du Gard. Littérature prolétarienne japonaise, de l’ère Meiji à l’ère Taisho. Présentation du contexte et lecture d’extraits de Le bateau-usine de Takiji KOBAYASHI et Le quartier sans soleil de Sunao TOKUNAGA. Venez plonger dans le Japon du début du XXè siècle. Suivi d’un repas partagé.

15 novembre 2018

      1. St Jean du Gard : l’inauguration de La Lézarde
      2. St Jean du Gard : concert/conférence
      3. Soupe aux cailloux, St Hippolyte-du-FortX
      4. Concert à La Bargerie
      5. Féria du livre, Nîmes
      6. Alès : Nucleaire, parlons-en
      7. Autumne palestinien en Cévennes
      8. Documentaire sur le lobby pro-israélien
      9. Faisons le procès des frontières !

1. St Jean du Gard : l’inauguration de La Lézarde

Samedi le 17 novembre, 18h. L’inauguration de ce “local” du 66 Grand
rue, St Jean du Gard, qui porte désormais le nom de La Lézarde. Soirée
conviviale, où l’on prendra le temps de présenter et d’échanger sur les
différentes façons dont nous souhaitons faire exister cet espace, ses
activités, son fonctionnement et tutti quanti. On y servira un repas
chaud (vous êtes invité.es à venir avec vos boissons préférées !), le
tout agrémenté, qui sait, d’accidentels surgissements poétiques.

2. St Jean du Gard : concert/conférence

Dimanche le 18 novembre, 15h. “Blues et féminisme noir”, deuxième
partie. Textes choisis, traduction de chansons et interprétation
musicale par Karim. Ça dure 3 heures, avec une pause goûter au milieu, et il n’est pas nécessaire d’avoir vu la première partie pour suivre et apprécier !

Dans “Blues et Féminisme Noir” Angela DAVIS nous dévoile une tradition
inconnue de la conscience féministe. En effet, les chanteuses noires
américaines des années 20, à travers leurs spectacles et leurs disques
vont infuser dans la population noire des idées libératrices et
émancipatrices. Sexualité, domesticité, sororité, exode vers les villes
du nord, prison, prostitution,… sont des thèmes abordés librement par
ces chanteuses populaires bien avant les mouvements féministes des
années 60/70.

3. Soupe aux cailloux, St Hippolyte-du-Fort

Ce vendredi matin, le 16 novembre, sur le marché de St Hippo, la
deuxième Soupe aux Cailloux. L’idée, comme l’année dernière, est de
cuisiner tous ensemble sur le marché les légumes offerts par les
maraîchers. On vous attend dès 9h sur un stand équipé de marmites, table
de cuisson, épluches légumes et tout ce qu’il faut pour faire des bonnes
soupes!

Quand c’est prêt, on déguste tous ensemble. Et bien sûr c’est gratuit!
Événement co-organisé par l’îlot, l’École des Arts Vivants, la Fourmi et
la Cigale, la recyclerie Dua Vivo et l’asso En Corps.

4. Concert à La Bargerie

Vendredi 16 novembre à 19h. Vejao, duo de musique grecque. Muddy
Bourbon, Blues. Ottone Pesante, Fanfare Métal. Prix Libre. Bar et tepas
de la ferme. A la Bargerie du Berquet : sur la route entre Lasalle (7km)
et St Hippolyte du Fort (5km).

5. Féria du livre, Nîmes

Dimanche 18 novembre 2018 de 10h30 à 19h00, 5è édition de la Féria du
livre de la critique sociale et des émancipations à Nîmes. La journée se
passera au Centre socio-culturel André Malraux – 2, Avenue de Lattre de
Tassigny – Nîmes (Bus Ligne 2). Buvette et petite restauration sur place

https://feriadulivre.jimdo.com/edition-2018/

6. Alès : Nucleaire, parlons-en

Le Collectif Halte Aux Nucleaires Gard (CHANG) organise les 16 et 17
novembre à la bourse du travail d’Alès, 7 place Georges Dupuy, «
Nucleaire, parlons-en ».

Vendredi 16, à partir de 17h, la soirée sera consacrée au centre
d’enfouissement de déchets CIGEO à Bure, point de fixation actuel de
l’opposition à la prolongation du fonctionnement des réacteurs, avec une
conférence “gesticulée” à 18h suivi d’échanges et de débats sur les
enjeux et la situation.

Le samedi 17 à partir de 9h30 on observera à quel point en est le
nucléaire en France et ailleurs avec les risques sociaux, sanitaires et
économiques qu’il engendre. On bénéficiera en particulier du témoignage
d’un travailleur du nucléaire.

Après la pause – on fera le point sur les différentes installations de
la région, l’une des plus nucléarisées d’Europe occidentale, de
Cadarache à Narbonne en passant par les installations de la vallée du
Rhône (Tricastin, Marcoule, Cruas, etc.). Puis sera  présenté le cycle
du combustible qui concerne tout spécialement notre région.

Enfin à 18h sera projeté le film d’Yves Lenoir “Tchernobyl le monde
d’après” qui vient juste d’être réalisé sur ce que vivent aujourd’hui
les 2 ou 3 millions d’habitants des zones contaminées il y a 32 ans par
Tchernobyl. Dans les échanges qui suivront il pourra être question de ce
qui risque de se passer en France au cas où…..

Entrée libre et gratuite, libre participation aux frais.

7. Autumne palestinien en Cévennes

L’association France Palestine solidarité Alès Cévennes organise son
dixième Automne palestinien, du 9 au 30 novembre 2018. Il y a tout un
programme rythmé de rencontres, conférences, cinéma, débats, exposition
dans différents lieux : Alès, Saint-Hilaire-de-Brethmas,
Saint-Martin-de-Valgalgues, Barjac, Cendras, Saint-Jean-du-Pin et La
Grand’Combe.

Programme :
http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/afps_ales_cevennes_nov_2018.pdf

8. Documentaire sur le lobby pro-israélien

Le Monde diplomatique a publié au mois de septembre un article à propos
d’une enquête réalisée par la chaîne Al-Jazira, propriété du Qatar, sur
l’action du lobby pro-israélien aux États-Unis. Ce documentaire, réalisé
notamment grâce à un journaliste infiltré, devait être diffusé au début
de l’année 2018. Il ne l’a finalement pas été, suite à un accord entre
le gouvernement du Qatar et une partie du lobby pro-israélien qui a, en
échange, accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre
l’Arabie saoudite et le petit émirat. Ayant eu accès au documentaire, Le
Monde diplomatique et Orient XXI en avaient divulgué les éléments
essentiels.

Orient XXI a décidé, avec Electronic Intifada aux États-Unis et
Al-Akhbar au Liban, de rendre public ce documentaire. Il y va du droit à
l’information. Car cette enquête, après celle réalisée par la même
chaîne sur le lobby au Royaume-Uni, pose des questions de fond : dans
une démocratie, a-t-on le droit d’espionner les citoyens sur la base de
leurs convictions ? Est-il normal que le gouvernement israélien
participe et orchestre ces campagnes sur le sol de pays dits « alliés »
?

https://orientxxi.info/magazine/lobby-usa-1-la-guerre-secrete,2719

9. Faisons le procès des frontières !

Faisons le procès des frontières ! Feuille d’info de la Coordination
régionale des collectifs du sud-est. 4 pages d’infos pour faire le
procès des frontières ! Ce journal a été réalisé et diffusé le jour du
procès des 3+4 de Briançon à Gap par la Coordination régionale des
collectifs sud-est contre les frontières. Continuons la mobilisation
jusqu’au délibéré le 13 décembre !! Relaxe pour nos camarades !!

Feuille d’info téléchargeable ici.

https://cevennessansfrontieres.noblogs.org/files/2018/11/4pagesbriancon.pdf